FilmoScopia

Aller au contenu


L'Univers cinématographique
de la scénariste et réalisatrice Pakamanti



Bienvenue !


Je vous souhaite la bienvenue à tous sur mon site ! Je m'appelle Éléonore Ettewiller aka Pakamanti...

C'est toujours un peu difficile de parler de soi... C'est vrai, par où, et par quoi, commencer ? Je vous épargnerai ma naissance à Paris, où bien entendu, j'étais le plus joli bébé et plutôt potelé de la maternité (pour ma mère)... Sourire. Disons que j'ai toujours AIMÉ les ARTS. Musique, lecture, dessin, peinture, cinéma, théâtre, ballet... Rêver. Imaginer.

Je me souviens qu'enfant, un rituel hebdomadaire me plongeait dans un très très grand bonheur : Partir le samedi après-midi, avec ma sœur et mon père, dans une grande balade à pieds, de Belleville jusqu'au boulevard des Italiens, pour arriver au magnifique Cinéma Rex. En effet, le décor somptueux, pour mes yeux d'enfant, avec un faux ciel nocturne étoilé, des statues grecques et autres colonnades me ravissait... J'y ai vu Terminator, Les Aventuriers de l'Arche Perdue, Les Blues Brothers (film grandement conseillé par maman) Blade Runner, Alien, E.T., L'Extraterrestre, Stars Wars... Ces films m'ont habitée pendant des semaines... Comme le retour en salle de classe me semblait fade à côté de tels spectacles !!!

Lire était aussi un grand plaisir ! Mon père m'a filé le virus, si je puis dire. Aussi, je me plongeais avidement dans des lectures les plus diverses... Je passais allègrement de Zola à Steinbeck, en passant par Lovecraft... Les poésies de Victor Hugo, de Baudelaire, ou de Jean de la Fontaine m'ont subjuguée... Quelques incursions chez les russes, Nabokov, Tourgueniev... Plus tard la littérature antillaise, de Maryse Condé, en passant par René Depestre, ou Ernest Pépin...

J'ai toujours aimé écrire des nouvelles. Quel choc, et plaisir pour moi, quand un jour en classe, ma prof de français, Madame Boccara avait lu à la classe une courte nouvelle, qu'elle avait appréciée. J'étais très fière ! C'était un truc dans le genre, une nana assise à la terrasse d'un café qui dégustait un diabolo menthe. À travers les bulles, elle avait vu les cratères d'une planète, la Terre. C'était une vision, en fait...
Du coup j'écrivais de temps en temps...



Retour en début
de page



Retourner au contenu